La dépression.

La dépression.

( Désolé des fautes, des erreurs de frappe, des erreurs de français dans cet article, je l’ai écrit d’une traite sans me relire)

Comment j’en suis arrivée à ce point là ?

Comment j’ai pu me laisser sombrer comme ça, au point d’avoir envie de partir.. 

Qu’est ce qui a pu arriver à mon cerveau pour qu’il lâche l’affaire aussi facilement ?

Je regarde mes poignets et je vois mes veines bleues, les idées noirs font encore surface pour la quinzième fois de la journée… 

Les gens pensent savoir ce que c’est une dépression, mais on ne sait pas tant qu’on en a pas vécu une vraie, celle qui te fait rester au lit, dans le noir, toute une journée et toute la nuit sans fermer l’œil. Celle qui t’épuises alors que tu fais rien, celle qui te vide de l’intérieur jusqu’à que tu es l’impression d’être une putain de coquille vide sans but, sans savoir, sans intelligence, celle qui te rends aliéné de tout, celle qui te fait lâcher espoir en la vie et qui t’abrutie jusqu’à que tu es envie de t’éclater la tête jusqu’à qu’elle explose pour dormir éternellement..

Voilà la dépression que je vis actuellement, j’en ai vécue des dépressions, mais comme celle ci, jamais putain ! Je pensais avoir vécue les stades les plus dures, mais je ne savais pas qu’il y avait des niveaux bien plus intense que ce que j’avais vécue avant.. 

Why ?

Celle ci est tellement multifactorielle, que ça serait bien trop compliqué d’expliquer. Mais j’en ai marre aussi de cacher mes sentiments, cacher mes ressentis.. Tout d’abord, j’ai une dépression sous jasent depuis plusieurs années, mais que j’ai freiner par rapport à mon ex, par rapport à ma mère car vous comprenez ça lui fait du soucis, pour ma sœur aussi, par rapport à mon travail car je suis nounou et une nounou doit sourire… 

Aujourd’hui, la fille, la sœur et la nounou n’a plus le sourire. Parce qu’elle a un sentiment de solitude immense après des abandons à répétitions après des promesses non tenues, après des humiliations pendant mon absence sur des choses intimes (oui les gars je suis au courant de vos bêtises pendant mon absence), ou même des mots et des phrases dites derrière mon dos, qui sont arrivé à mes oreilles, à cause d’énormes soucis financiers qui ne se régleront pas du jour au lendemain, mais aussi des mots qu’on a dit sans penser à donner des explications. Où encore, des silences bien trop lourd, bien trop dure à supporter pour ma petite personne, la perte de proches, qui vous touchent plus que vous le pensiez à la base. Des soucis qui datent aussi de plusieurs années.. D’attouchements au collège, de tentatives de suicides, d’une mort ancienne de presque 10 ans impossible à effacer, des carences immenses, des abandons à cause de choses donc je ne suis pas responsable. Et ah oui la culpabilité qu’on m’a fait comprendre pendant plusieurs années, parce que je changeais les personnes pour les formater apparemment. Bref ! 

Vous savez que vous me soûlez avec vos conneries putain ! Vous êtes égoïstes, vous le savez ? Vous savez que vous me faites un mal atroce vraiment, vous vous rendez compte à quel point vous me faites sentir comme une putain de merde avec vos atroces remarques, vos atroces silences, vos façons de me dire ce que je devrais faire putain alors que vous êtes même pas capable d’en faire ce ne serait que le dixième.. Vous m’épuisez à me dire de quitter quelqu’un que j’aime juste pour votre propre satisfaction !

Comme je disais, elle est multifactorielle, elle est dure, elle est tranchante, elle fait mal, elle me plante dans le cœur une aiguille impossible à retirer.

Alors comment on fait ?

On ne fait pas, on essaye chaque jour de pas passer à l’acte, de ne pas détruire encore plus de vie qu’on ne le fait déjà en allant aussi mal.. 

On se retient à une personne en particulier, celui qui fait qu’on reste chaque jour pour ne pas le faire souffrir encore plus, on reste pour lui, parce que c’est notre seul soutien, sincèrement.. Si je reste encore en vie clairement, c’est rien que pour cette petite personne qui est mon chéri. Même si j’avoue que parfois, même si je l’aime du plus profond de mon cœur, j’ai envie de partir rejoindre ceux que j’ai perdu..

On me dit de faire du sport pour évacuer, ouais non ça ira, vous avez déjà vu des dépressifs courir pour évacuer ? Bref, cherche encore. On me dit qu’il faut aller de l’avant, mais vous ne pensez pas que si j’avais la capacité et la force, je le ferais ? On me dit de laisser mon passé derrière moi, ah oui, tu le fais toi ? On m’a aussi dit de sortir voir du monde ? Ah oui qui ? Vu que je n’ai plus d’amies, plus de connaissances, ou peu, ou à des centaines de kilomètres.. Vu qu’évidemment je suis une handicapé des interactions sociales ! 

Je suis à un stade où j’ai besoin du soutien de mon chéri quotidiennement pour pas basculer dans le néant, ou j’ai besoin de lui dès qu’il a du temps pour venir, je suis aussi au stade où je lui fais rater des événements importants parce que je vais trop mal, que je n’arrive pas relever la tête depuis plusieurs semaines, mais depuis quelques jours elle a pris un stade tellement intense.. Même pour faire des choses simples comme manger, me laver, prendre soin de moi, n’en parlons pas, faire la vaisselle, le ménage, la litière de mon chat, les lessives, alors que je suis maniaque de base.. 

Aujourd’hui, je n’ai pas de solutions, je suis à un point où je n’ai plus envie de vivre, où je culpabilise quotidiennement parce que je suis égoïste, parce que je suis encore trop gentille avec certaines personnes qui ne le mérite vraiment pas.. Et pas assez avec ceux qui le méritent juste à cause de vous et de vos conneries. 

Je tiens quand même à remercier mon chéri qui fait de son mieux pour me rendre la vie meilleure, plus facile, plus douce, qui rate des moments précieux pour me relever tant bien que mal comme il peut avec ces mots, ces câlins, ces caresses, son amour sans limites, je tiens vraiment à tirer mon chapeau à cet homme qui fait ce que jamais personne n’a fait pour moi.. En tout cas, pas à son niveau. Merci, C. ♥

La dépression est une maladie, une maladie mentale, une maladie qui pourrit la vie de la personne et celle de son entourage, le truc à faire c’est de supprimer le toxique mais parfois on peut pas supprimer ce toxique, donc on se rattrape avec ce qu’on peut, au dernière branche solide qui reste en l’occurrence pour moi il n’y a que mon chéri.. Les promesses de « Je serais toujours là » vous savez tous, que ces paroles sont des beaux mensonges sur l’instant qui finissent par être de méchants mensonges qui vous détruit car vous y avez cru encore une fois.

Des conseils ?

J’en aurais pas, je ne peux pas aujourd’hui. Je ne peux pas donner de conseils sur quelque chose de tellement complexe à part aller voir un bon professionnel et vous rattachez à votre chéri si il est comme le mien.. Mais oubliez les autres, en général quand vous dites que vous allez mal, on vous lâche parce que c’est souvent trop dure à supporter de voir quelqu’un qui va mal.. C’est dur et faut pas leur en vouloir, au début vous leur en voudrez car vous aurez besoin d’eux et ils ne seront pas là mais les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas, ça effraie les maladies mentales..

Allez bonne nuit, si vous réussisez à dormir, la mienne risque d’être aussi longue que les précédentes sauf quand mon chéri est là, je dors à point fermé… C’est le seul moment où je suis apaisé mais quand mes yeux s’ouvrent c’est la réalité qui me frappe encore une fois.

 

Cha 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *